lundi 19 juin 2017

C'EST COMMENT QU'ON FREINE?


Comment on fait pour retourner en arrière et vivre dans un monde ou les plus démunis ne seront pas écartés comme ….trouvez la définition, comme les plus riches seront moins riches et seront écartés d’un monde qui n’est plus le leur.

J’ai vu le jour fin de la guerre , la seconde guerre mondiale (comme , ils disent) en 1945, j’ai donc (pardonnez-moi) une expérience de vie relativement longue , pour pouvoir fournir ma vision du monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, il part en « couilles » et une fois de plus , pardonnez-moi l’expression, mais , et c’est là, ou je veux en venir, le monde de la finance , du fric est devenu insupportable, insupportable, le mot est faible, il est insupportable tout simplement, comment peut-on accepter que des mecs qui shootent dans un ballon puissent se prévaloir, se flatter de « gagner » des revenus tellement exorbitants qu’ils ne savent même plus ce qu’est la valeur de l’argent !!.


Dans notre société, nous acceptons que des sportifs de « hauts niveaux » (c’est quoi, le haut niveau ?) perçoivent des salaires qui sont largement au-dessus des « têtes de gondole » dans le monde des affaires, nous avons la tête à l’envers.

La valeur de l’argent, voilà bien, le nœud d’un problème lié essentiellement au système capitaliste.
Alors, dans la foulée, si, je peux m’exprimer ainsi, dans le monde politique, celles et ceux qui se retrouvent un jour « élus » par le peuple, ils bénéficient d’une autorité, d’une confiance pour exercer leurs mandats, servir les citoyens en percevant une rémunération pour services rendus, rien de plus naturel en soi et c’est là que le bât blesse.

Où est le problème ? Le problème, une fois de plus, c’est le système « capitaliste » et pourquoi ?
Il n’est pas question de dédouaner, celles et ceux qui ont profité du système, mais de savoir pourquoi, ce système les a déshumanisés au point de perdre leurs repaires de solidarités envers celles et ceux qui les avaient placés là où ils étaient. Ils ont perdu petit à petit les valeurs qui étaient les leurs.
Je vise d’abord les « socialistes » mais, les autres, tous les autres, qu’ils soient des « libéraux axés sur une idéologie qui ne tient plus la route et l’ensemble de la « classe politique », tous des « pourris », mais non, pas tous des pourris, j’ai envie de dire presque tous .
Ce qui se passe est le symptôme d’une crise beaucoup plus grave que de petites affaires éthiques. Il s’agit d’un mal-être de toutes les démocraties occidentales.



vendredi 16 juin 2017

LA MAFIA - MADE IN BELGIUM !!

LA MAFIA – MADE IN BELGIUM

La mafia est une société secrète d’origine sicilienne et la plupart d’entre nous à connaissance de cette société qui a des ramifications partout dans le monde, elle sert des intérêts privés grâce à un puissant réseau d’influences qui s’exercent au niveau international dans les domaines économiques, politiques, etc. par des moyens illicites et criminels.

Cette définition est celle qui correspond bien, comme décrit plus haut, à l’origine en Italie et au départ sur l’île sicilienne et qui comme une pieuvre étend ses tentacules sur le continent, dans « la botte italienne » , les Pouilles et puis à Naples et ainsi de suite jusqu’ ‘au nord du pays, l’immigration vers le nouveau monde est le meilleur moyen pour déplacer la mafia aux Amériques dans les quartiers pauvres de cette Amérique qui se cherche et qui voit des milliers d’italiens s’installer dans les grandes villes avec les conséquences que nous connaissons également, mais pouvait-on imaginer qu’une formation politique en Belgique, qui se revendiquait d’être des « socialistes », les premiers vrais défenseurs des pauvres, des travailleurs, des plus démunis de la société , que cette formation qui trouve son origine dans le monde « ouvrier » et son fondateur LA PREVOYANCE SOCIALE  en 1907 porte le nom de PARTI OUVRIER BELGE (POB)

Ces premières lignes peuvent faire croire qu’il s’agit d’une forme de démagogie, au moins, d’une immense exagération d’une situation qui ne correspond pas à la réalité et qu’il s’agit d’un délire d’un citoyen frustré par l’ensemble des médias qui dénoncent jour après jour les déviances plus que scandaleuses du monde politique en général (n’oublions pas le Kazakgate et le parti réformateur bien placé également dans les autres affaires qui secouent les intercommunales liégeoises et pas que celles-là non plus, bref on nage littéralement dans la mouise, une misère politique que les citoyens refusent totalement. La mafia citée plus haut existe bel et bien au niveau politique, avec une mention spéciale pour le parti socialiste qui par définition est le parti de la défense du pauvre et de l’orphelin !!.

L’ensemble des « vrais militants » seront outrés par ce qui précède, mais ne leur en déplaise, ils doivent reconnaître que leurs « dirigeants » ressemblent fâcheusement aux « CAPOS » de la « COSA NOSTRA » ..

samedi 24 décembre 2016

L’HYPOCRISIE DANS LES MILIEUX POLITIQUES.

.
En ce moment-ci, je me suis penché un peu plus sur une attitude, une position que nos citoyens ont maintenant l’habitude d’adopter et pour être en quelque sorte, en « conformité » avec l’ensemble de notre société. 

Le mot va sans doute vous choquer, parce qu’il ne vous « parle » pas, parce que vous ne vous rendez pas compte de son impact, l’impact qu’il peut avoir à travers les médias, la presse écrite et le net tout simplement, je veux citer « l’hypocrisie » omniprésente partout et quand , je dis partout, les premiers, nos têtes de gondole qui mentent comme ils respirent, qui avant d’être les « élus de la nation », ne font que des promesses qui ne tiendront pas et ils le savent d’avance, alors en matière d’hypocrisie, il est vraiment difficile de faire mieux.

Et pourtant, ils font beaucoup mieux encore, encore et encore, ils bafouent la constitution, les lois du peuple belge, ils renient leurs engagements, mais, ça, c’est une habitude, je dirais même plus, une addiction lorsque on peut poser son cul sur un strapontin du parlement.

Vingt-quatre mandataires locaux perçoivent de très généreuses rémunérations pour siéger dans trois organes d'avis internes à Publifin, l'intercommunale qui contrôle à 100% l'entreprise Nethys (Voo, BeTV, L'Avenir), rapportait mardi Le Vif sur son site internet. Celui-ci s'appuie sur les propos de l'échevin des Finances d'Olne, l'une des 76 communes actionnaires de Publifin, qui, à ce titre, a pu consulter des données internes sur la composition et l'activité de ces organes d'avis, qualifiés de "bidon" par Le Vif, ainsi que les rémunérations dont bénéficient leurs membres.

Ce soir , Je lis et j’entends ce soir que les « mandataires » des organes consultatifs de « Publifin » en tout cas certains comme Claude Emonts démissionne rembourse 50.000 euros, tandis que Anne Delvaux verse 16.000 euros à l’opération Viva For Life, bien beau tout ça, mais sans une dénonciation de cette « magouille », les intéressés continuaient « leurs missions ».

Quelle hypocrisie de la part de personnes qui font de la politique dans le seul but d’apporter leurs qualifications et leurs savoir pour augmenter le bien-être des concitoyens. J’entends également le bourgmestre de la commune d’Engis, il ne manque pas d’air notre bonhomme, un culot monstre, ce n’est peut-être pas celui qui a touché les plus grosses « commissions », mais son culot en fait une vraie « tête de gondole » 



Voilà pour mon humeur du jour.

vendredi 2 décembre 2016

UNE FOIS POUR TOUTES !.

La Libre, la RTBF et Dedicated ont demandé à un échantillon de 2813 personnes de se prononcer pour ou contre le fait que nos hommes et femmes politiques exercent un métier en parallèle avec leur mandat électif.

On peut comprendre que « l’élu » qui exerce un mandat politique quel qu’il soit, du conseiller communal en passant par le poste de bourgmestre et ou député jusqu’au poste de ministre, si(et je pèse mes mots) c’est par conviction, passion politique c’est naturellement bien et enrichissant dans le bon sens du terme, car l’individu prend son « rôle » très au sérieux, il est un représentant du « peuple » qui l’a ainsi élu.

Par contre, un mandat politique ne peut en aucun cas être considéré comme une « profession » celle ou celui qui s’investit(et là aussi, je pèse mes mots) dans une fonction pour être au service du peuple, s’en aller jusqu’au bénévolat, cette fonction reste un acte de citoyenneté , hélas et depuis bien trop longtemps, le « mandat politique » est synonyme de carrière politique. Combien sont-ils de « fils à papa » qui ont épousé la carrière politique parce que papa était un politicien connu et qu’il bénéficiait ainsi d’une certaine reconnaissance et qu’il était donc « normal » que le fiston suive les traces du père, ils sont légions partout dans ce pays, est-ce nécessaire de les citer ? Vous en voulez, en voilà : Alexander fils d’Herman, Alain fils de Guy, Charles fils de Louis etc., ils sont des centaines comme ça à travers les différents gouvernements qui se sont succédés, vous en doutez encore, alors réfléchissez et repensez et vous serez à peine surpris, c’est « kolossal ». Me faire croire qu’ils sont là pour servir, non merci, mais pour SE SERVIR, oui bien sûr.

Alors, une fois pour toutes, que l’on arrête cette mascarade, ce jeu de dupe et encore une fois pour toutes, changeons les choses, exigeons que les mandats soient de durées bien limitées dans le temps, le temps nécessaire pour que celles et ceux qui veulent servir le peuple puissent faire avancer leurs idées et faire ainsi profiter le citoyen d’abord et pas le portefeuille de celui qui possède un « marocain » au parlement.

Lorsque les citoyens auront compris ce qui précède, une révolution citoyenne aura eu lieu et le « système néo-libéral et ultra capitaliste » sera passé aux oubliettes. Je sais, on peut rêver, mais le rêve et l’espoir jusqu’à présent ne sont pas encore interdit.
D’après le sondage en question, Pour 45% des personnes interrogées, la politique est un métier à part entière et celui qui le pratique doit le faire à temps plein s’il veut bien l’exercer ; pour 42%, cumuler deux fonctions crée des risques de conflits d’intérêt ; pour 35%, si on se lance en politique, c’est pour s’y consacrer à 100% et pour le même pourcentage, on ne peut efficacement se partager entre deux activités. Les différences de perception entre sondés des trois régions sont très minces.
Une fois pour toutes, une fonction politique doit être d’une durée limitée dans le temps et surtout, ne JAMAIS être un métier CQFD.
En espérant que nos édiles (j’en doute) lisent cet article.







Ajoutez vos réactions, vos commentaires m'intéressent beaucoup

Je suis toujours intéressé de savoir ce que les citoyens pensent de leurs dirigeants, qu'ils s'agissent des ministres ou de la Monarchie et bien entendu de la magistrature, bref , l'ensemble de la classe dirigeante de ce pays..